Silhouette

Dylan-Xue

La silhouette est parfaite. Les lignes, les tons et les couleurs chaudes que sont le rouge et le jaune, se mettent nonchalament d’accord, pour dégager  ce je-ne-sais-quoi si chic et si décontracté.

Le Président

Le Président, film dramatique réalisé par Mohsen Makhmalbaf, sorti en salle le 18 Mars 2015. Film dramatique, conte philosophique, satire réaliste… je pourrai jouer des mots pour qualifier l’oeuvre assez juste que nous propose Makhmalbaf. Oui, le réalisateur nous propose un autre regard, celui humain et non moins juge, de ces faits que l’on considère parfois lointains à nous et qui part leur dimension historique, revêtent l’habit d’événements marquant l’Histoire.  Le Président, c’est l’histoire d’un dictateur qui voit son pays et son statut tomber dans les abysses de la révolution d’un peuple, affamé et las de ses horreurs; c’est l’histoire de ce même président destitué, en fuite, avec son petit-fils qui lui aussi était destiné à reprendre le flambeau du pays. Continue reading

Asher Moss

Processed with VSCOcam with lv01 preset

ashermos

Processed with VSCOcam with p5 preset

asherm

asher

ashe

ash

as

Processed with VSCOcam with p5 preset

AMoss

ashm

Asher Moss est un photographe (en plus de porter la veste de musicien, réalisateur;) que j’ai découvert au détour de déambulation sur instagram. Un peu comme à l’instar de Théo Gosselin, il y a cet esprit de nostalgie qui imprègne ses photos. Les paysages, l’envie de découverte des espaces vides, un peu sombres, de ces forêts sauvages où les feux de bois se consument pour l’adoration de la nature. Bien sûr, les nus de ces corps féminins, retournant au naturel et aux déserts chauds et arides. La célébration d’un idéal de renouement avec la nature et tout ce qu’elle implique : la liberté des corps, la contemplation pure,un esthétisme brut. Il y a chez Asher, l’exaltation des couleurs (parfois) froides, un peu coincée dans le passé avec l’usage exclusif d’appareils photo argentiques. C’est en cela que tout réside. La force poétique de ces clichés, par le retour aux sources. Toujours.

Plus d’Asher ici ou !